Index de l'article

Parmi les anciens musiciens de Lens et d’Icogne ayant fait partie des fanfares de Montana et de Chermignon, notons :
Pour Lens : Rey Pierre-Louis, Briguet Pierre, syndic, Rey Sébastien, forestier, Gindre François, douanier, Mudry Daniel, Nanchen Ambroise, Bagnoud Maurice et Mudry Joseph, menuisier.
Pour Icogne : Praplan Joseph-Louis, syndic, Bonvin Ignace-Augustin, conseiller.

En 1876, stimulé sans doute par son souci constant de progrès et de développement dans tous les domaines et encouragé plus encore par les musiciens déjà existants, l’ancien syndic Pierre Briguet entreprit enfin de fonder également, à Lens, une société de musique. Il y réussit pleinement. Comme membres exécutants ayant adhéré à la société dès les deux premières années de sa fondation, on nous indique :

Rey Sébastien, garde-forestier, Gindre François, douanier, Nanchen Ambroise, Mudry Joseph, menuisier, Bagnoud Maurice, Duverney Jean-Baptiste, conseiller, Bétrisey Michel, Rey Cyrille, Rey Pierre, instituteur, Bagnoud Adrien de Louis, Bagnoud Louis de Louis et Lamon Joseph d’Alexis.

Il faut croire que la jeune Société acquit bien vite une réputation qui lui faisait honneur, puisque dès le début et durant un certain nombre d’années, elle fut régulièrement demandée comme musique d’honneur aux fêtes paroissiales de St-Maurice-de-Laques et de Conthey, où on lui allouait 5 francs par jour et par musicien.
La direction de la Société fut successivement assurée par le syndic Pierre Briguet, par le garde-forestier Sébastien Rey, par l’instituteur Pierre Rey et enfin par Ernest Nanchen qui, musicien à 12 ans, prit la direction de la Société à l’âge de 16 ans seulement.

Le directeur était nommé par les membres exécutants pour une durée illimitée et assumait à la fois la direction et l’administration de la Société. Ce n’est que quelques années avant la constitution actuelle de la Société que le Directeur fut déchargé de son administration et que celle-ci passa à un comité de 2 membres, nommés pareillement pour une durée illimitée.

En 1918, sous l’initiative énergique de son directeur, Ernest Nanchen, des statuts en harmonie avec le but poursuivi furent enfin élaborés et, en séance du 21 juillet de la même année, adoptés par l’assemblée générale composée d’une trentaine de musiciens.